Château : en savoir plus

Flamanville possède un château qui a été bâti au XVIIe siècle par Hervé Basan. Il a été construit entre 1655 et 1658 sur les ruines d’un manoir. Si la façade du château semble austère, c’est parce qu’il a été édifié en granit gris extrait de la falaise voisine. Au XVIIe siècle, le château possédait un chauffage central, une glacière, et une baignoire, équipements très modernes pour l’époque.

Les seigneurs de Flamanville

Roturiers au XlVeme siecle, les Basan allaient devenir une famille marquante de Normandie. C’est par Colin 1er qu’elle s’éleva au rang d’écuyer ; en effet, celui-ci épousera en 1375 la pupille du Roi de Navarre, Jeanne de Gatteville, et adoptera pour blason les armoiries de sa femme. Il sera anobli en 1391.

La famille restera fidèle au Roi de France pendant la Guerre de Cent ans. Dépossédée et chassée par les Anglais, elle ne recouvrera ses biens qu’à l’issue de ce conflit, avec en récompense quelques fiefs supplémentaires. Sa fidélité au souverain français ne se démentira jamais et nombre de Basan s’illustreront sur les champs de bataille. Ainsi Guillaume Basan sera fait Baron par Louis Xlll en août 1610. Son fils aîné, Hervé Basan, épousera en secondes noces en 1652 Agnes Mole, petite-fille du garde des sceaux qui lui apportera une très grosse fortune, et la faveur du Roi.

Alors, par lettres patentes de Louis XIV, la baronnie sera érigée en marquisat en mars 1654. Toutes les conditions seront dorénavant réunies pour que Hervé Basan construise son château. C ’est Jean-Jacques Basan, son petit-fils, qui créera au XVIIIe siècle les ailes latérales, dont l’Orangerie.

La dernière des Basan, Elizabeth, épousera en 1747 Jean-Joseph Lecomte de Nonant, Marquis de Raray et sera la mère du « Chevalier de Flamanville ». Ce dernier va mourir à l’âge de 27 ans en 1779 et le domaine passera à sa tante, Mme de Bruc, qui le lèguera à l’un de ses parents, le Marquis de Sesmaisons en 1820.

Les Sesmaisons vont vendre Flamanville en 1888 à Mr Charles Milcent. Le gendre de ce demier, Mr André Rostand, maire de Flamanville, Conseiller Général, sera la figure marquante du château au XXe siècle.

Depuis 1986, le château, inscrit à l’inventaire supplémentaire des Monuments Historiques, appartient à la Commune de Flamanville qui en assure l’entretien et la restauration.

La construction du château

Le château de Flamanville n’est donc pas une construction totalement nouvelle, mais la modification d’un manoir seigneurial existant, construit à la fin du XIVe siècle.

En effet, à cette époque, on édifie quatre tours marquant les limites de l’enclos seigneurial. La maison noble du maître des lieux prendra place entre les deux tours de l’ouest. Les trois autres côtés de la cour seront délimités par de hautes murailles contre lesquelles on adossera des bâtiments agricoles. Et pour assurer la sécurité, deux ponts-levis seront créés enjambant les fossés qui entouraient le tout.

Au XVIIe siècle, période phare pour le château, son corps central est coiffé au centre d’un fronton curviligne surmonté d’un campanile. Les deux tours de l’ouest se transforment intérieurement et les façades sont percées de vastes baies rectangulaires. Dans les angles de l’est de la cour sont aménagés la chapelle et le logis du régisseur alors que la muraille encadrant le pont-levis s’ouvre et que celui-ci devient pont dormant.

Parallèlement, c’est le début de l’aménagement de la basse-cour. Au XVIIIe siècle (1730-1750), la cour d’honneur est entièrement libérée ; le château va pouvoir se développer. On construit alors les pavillons à double ressaut et on crée les ailes en retour (Aile du Marquis et Orangerie).

Vers 1826, la douve de l’ouest sera comblée et convertie en cour de service, et les véhicules agricoles n’auront plus à circuler par la cour d’honneur. On élève alors la fausse poterne. Les murs, ainsi que les tours du nord, seront symboliquement crénelés ; l’architecture du Moyen-Age connaît en effet un regain d’intérêt au XIXe siècle.

Le parc du château

Le parc de Flamanville a été tracé au centre d’un enclos d’une vingtaine d’hectares, dont l’ornement majeur vint de l’utilisation « éclairée » des eaux, avec la création de trois étangs, étagés sur des plans différents. L’un d’eux porte le nom significatif de « canal », tout comme à Fontainebleau ou Versailles.

Un chaos de rocher fut aménagé dans lequel cascadait le trop-plein du bassin supérieur. Et pour se livrer aux plaisirs du canotage, deux embarcadères furent établis.

On sait qu’au XVIIe siècle, une vergée est plantée en rangée d’ormes et de tilleuls devant la porte du château. Au XIXe siècle, le Comte de Sesmaisons sera à l’origine de la création du vaste potager qui s’étend au sud du château.

Depuis la tempête de 1987, plusieurs centaines d’arbres ont été replantés, correspondant à une quarantaine de variétés différentes. Mais l’essence la plus commune (80%) est l’érable sycomore.

Parmi les plus vieux arbres, on trouve les châtaigniers. Au bord des étangs, des Gunnéras géants originaires du Chili, donnent, avec les palmiers Trachycarpus Fortunei, une touche exotique très nord-Cotentinaise.

La Tour Jean-Jacques

Situé à l’extrémité du parc et face à l’église, ce pavillon octogonal, peut-être ancienne tour de guet, a été construit à la fin du XVIIe siècle. Il porte le nom de tour Jean-Jacques car, un moment, il a été question pour le célèbre philosophe Rousseau d’accepter l’hospitalité que lui offrait le « chevalier » de Flamanville. Mais il ne s’agit là que d’une légende.

Cette tour possède une belle salle voûtée dont le balcon ouvre sur le splendide paysage haguais.

  • Flamanville compte 7 lavoirs dont certains ont été restaurés.
  • Un parcours légendé par le centre permanent d'initiatives pour l'environnement du Cotentin est installé dans la forêt.
  • Fils d'un tailleur de pierres de Flamanville, Lucien Goubert (1887-1964) était un des peintres les plus populaires de Cherbourg et du Cotentin
  • Évêque de Perpignan, Jean-Hervé Bazan (1660-1721) était le fils d'Hervé Bazan seigneur de Flamanville.
  • Charles de Sesmaisons (1805-1867) descendant d'un grand d'Espagne fut un des successeurs sur les terres du château de Flamanville.
  • Flamanville compte 1766 habitants.
  • La superficie de Flamanville est de 722 hectares.
  • La densité de la population est de 238 habitants par kilomètre carré.
  • En 2005 : création du jardin conservatoire du dahlia.
  • Flamanville possède la plus importante collection française de dahlias.
  • Nous sommes à 20 minutes de la ville de Cherbourg.
  • Vous pouvez voir d'anciennes pierres tombales à croix nimbées dans l'église.
  • A Flamanville il y a un groupe scolaire et un collège.
  • La Diélette est un fleuve côtier.
  • Ouverture d'une section surf et sauvetage aquatique au collège Lucien Goubert.